Philippe Risoli cash sur sa vie après la télévision : “Je n’ai jamais été au fond du trou”

Animateur télé culte des années 1990, Philippe Risoli publie ses mémoires, intitulés Dites bien à mon fils que je l’aime. Sa carrière sur le petit écran connaît en coup de frein en 2001 avec la suppression du Juste Prix.

L’animateur télé Philippe Risoli, qui a fait les belles heures de TF1 dans les années 1990 et jusqu’en 2001 avec Le Juste Prix, publie ses mémoires, intitulés Dites bien à mon fils que je l’aime. L’heure du bilan pour l’homme de 70 ans ? “J’en ai fait souvent, des bilans”, assure-t-il a nos confrères d’Ici Paris“Prendre de l’âge quand on est en forme, ce qui est mon cas, ce n’est pas un problème. Ça ne m’angoisse pas du tout.” Un bilan, Philippe Risoli a été forcé d’en faire un après son départ forcé de TF1 et la traversée du désert qui s’en est suivie.

“Évidemment que cela a été dur quand j’ai quitté TF1, concède d’ailleurs l’animateur télé dans cette même interview, insistant ensuite pour rassurer et faire la part des choses entre rumeurs et vérités à son sujet. “Mais je n’ai jamais été au fond du trou, comme j’ai pu parfois le lire. Et, je n’ai pas ‘dévissé’, comme Michel Drucker, pour qui j’ai de la sympathie, l’a écrit dans un livre.”

Philippe Risoli et la télé : “Même après ma mort…”

Se retournant sur le passé et ses débuts sur le petit écran, Philippe Risoli se souvient qu’il n’avait pas toutes les cartes de son côté. “Je ne connaissais personne dans le métier, pourtant je n’ai jamais imaginé ma vie sans faire de télé, précise-t-il à nos confrères d’Ici Paris. “J’ai eu la chance de pouvoir bien en vivre.” Une vie de télé qui n’est désormais plus celle de Philippe Risoli, même s’il esitme que la télévision ne le quittera jamais vraiment. “La télé, c’est ma vie, ma passion, Elle coulera dans mes veines même après ma mort”, estime l’animateur télé au célèbre jeté de micro dans les airs.

Un amour de la télévision qui n’empêche pas Philippe Risoli d’être lucide sur ce milieu qu’il décrit comme “impitoyable”, dans une interview accordée au début du mois à nos confrères belges de Ciné Télé Revue“Il n’y a aucune humanité là-dedans, même si, en surface, tout le monde s’aime.”

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *