CAF, prime, allocation… Quelles aides financières demander à la naissance de votre enfant ?

À la naissance d’un enfant, les jeunes parents peuvent faire face à des dépenses faramineuses. C’est (bientôt) votre cas ? Pour éviter de vous ruiner à l’arrivée de votre bébé, n’hésitez pas à demander ces aides financières. On vous dit tout.

Dans un couple, la naissance d’un bébé (surtout le premier) est un réel chamboulement. Votre quotidien, vos priorités, vos activités et même vos nuits… Bref, toute votre vie change radicalement. Vos dépenses, aussi, ne sont plus les mêmes. Adieu les restaurants tous les week-ends, les vacances en amoureux à l’autre bout du monde et le shopping à gogo. Bonjour les biberons, les couches, les poussettes, les petits-pots, les lits à barreaux, les vêtements et les sièges-auto (qui coûtent, disons-le honnêtement, souvent très chers).

Un heureux événement, certes, mais aussi un bon moyen de se retrouver… complètement ruiné. Heureusement, il est possible de demander certaines aides financières. Pour vous aider à vous préparer au mieux à gérer votre argent avant la naissance de votre enfant, on vous liste les principales aides auxquelles vous pouvez prétendre.

1) La prime de naissance

À chaque naissance, les foyers aux revenus modestes peuvent avoir droit à la prime de naissance dans le cadre de la Paje (Prestation d’accueil du jeune enfant). Elle est versée par la CAF, et son montant varie en fonction des ressources et du nombre d’enfants à charge. Si vos revenus vous y donnent droit, un montant de 1019,40 € vous sera versé au cours du 7ème mois de grossesse. Elle est versée une seule fois au cours du 7ème mois de grossesse.

2) L’allocation de base

Également attribuée par la CAF, l’allocation de base de la Paje est versée à partir du mois suivant la naissance ou l’arrivée de l’enfant au foyer jusqu’au mois précédant son 3ème anniversaire. En cas d’adoption, elle est versée pendant 12 mois minimum dans la limite du 20e anniversaire de l’enfant. Elle aussi est soumise à des conditions de revenus et aux nombre d’enfants à charge. Son montant est de 184,81 € ou de 92,40 € par mois selon vos ressources.

3) La prime à l’adoption

La prime d’adoption concerne, comme son com l’indique, les parents qui adoptent ou accueillent en vue d’une adoption, un enfant de moins de 20 ans. Elle est versée par la CAF une seule fois pour chaque enfant adopté au moment de l’arrivée dans le foyer. Les ressources du couple ne doivent pas dépasser les plafonds en vigueur. Son montant est de 2038,81 €.

4) La prestation partagée d’éducation de l’enfant (PreParE)

Pour les parents souhaitant réduire ou cesser totalement leur activité professionnelle pour s’occuper de leur enfant (né ou adopté), il existe une aide spécifique de la CAF : la prestation partagée d’éducation de l’enfant (PreParE). Pour y prétendre, l’enfant doit avoir moins de 3 ans (ou 20 ans en cas d’adoption) et le parent doit pouvoir justifier d’au moins 8 trimestres de cotisations vieillesse durant les 2 dernières années pour le 1er enfant, les 4 dernières années pour le 2ème enfant et les 5 dernières années à partir du 3ème enfant. Le montant dépend du degré de réduction de votre activité professionnelle et peut aller jusqu’à 428,71 € par mois en cas d’arrêt total. La durée du versement, quant à lui, dépend du nombre d’enfants et de la situation familiale (en couple ou célibataire).

5) Le complément de libre choix du mode de garde (Cmg)

Attribué par la CAF, le complément de libre choix du mode de garde (Cmg) permet de financer une partie des dépenses liées à la garde de votre enfant de moins de 6 ans (un assistant maternel agréé, une garde à domicile, une association ou une entreprise habilité, une micro-crèche ou une crèche familiale). Son montant varie selon le coût du mode de garde choisi, les revenus des parents, le nombre et l’âge des enfants. Par exemple, si le foyer emploie un assistant maternel pour s’occuper de son enfant, il peut recevoir entre 95,71 euros et 506 euros par mois. Dans tous les cas, un minimum de 15 % de la dépense restera à la charge des parents.

6) Les allocations familiales et le complément familial

À partir du deuxième enfant, les couples ont automatiquement droit aux allocations familiales, dont le montant est fixé en fonction de leurs ressources, du nombre et de l’âge des enfants qu’ils ont à charge. Le complément familial, quant à lui, est une prestation versée sous conditions de revenus aux personnes ayant au moins 3 enfants de plus de 3 ans à charge. Il n’y a pas de démarche à faire pour l’obtenir. Son montant varie en fonction du niveau des revenus.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *