Alain Delon, 72 armes saisies à son domicile : ce qui a provoqué l’intervention de la police

Le 22 février dernier, 72 armes à feu, possédées illégalement, ont été saisies au domicile d’Alain Delon à Douchy. Quelques jours auparavant, sa fille Anouchka disait ne pas se sentir en sécurité lorsqu’elle se rendait chez lui, justement en raison de ces armes. Mais qu’est-ce qui a véritablement déclenché l’intervention de la police ?

Nouvel acte dans la saga Delon. Ce mardi 27 février, le procureur de Montargis a annoncé que des dizaines d’armes avaient été saisies au domicile d’Alain Delon, à Douchy. Le 22 février, les forces de l’ordre ont en effet procédé à une perquisition dans sa résidence. Au total, la police a retrouvé pas moins de 72 armes à feu (notamment des armes de catégorie A et B : la première est interdite sauf dérogation, la deuxième est soumise à autorisation) et plus de 3 000 munitions. Il a par ailleurs été constaté la présence d’un stand de tir au sein même de la propriété.

L’enquête se poursuit des chefs de dépôt d’arme illicite, d’acquisition et de détention illicite d’arme de catégorie A, B et C“, est-il précisé dans le communiqué de Jean-Cédric Gaux, procureur de la République de Montargis. Le fait que le clan Delon possède des armes à feu n’était pas vraiment un secret. En 2011, une adolescente avait grièvement été blessée par balle alors que le plus jeune fils d’Alain Delon, Alain-Fabien, alors âgé de 17 ans, organisait une fête dans l’appartement de son père à Genève.

L’état moral d’Alain Delon inquiète

Plus récemment, Anouchka a affirmé auprès du magazine ELLE se rendre “toujours avec son garde du corps” au sein de la propriété familiale, car, selon elle, ses frères se baladeraient “armés dans la maison”, se croyant “au Far West”. Sur Instagram, Anthony Delon a répondu à cette interview, qu’il a qualifiée de “calomnieuse, avant d’évoquer la question des armes. Il n’a pas nié que son père en possédait et a ajouté concernant sa soeur : “Tu as passé l’été à tirer au Glock avec ton chouchou, ex-GIGN et chef de la sécurité de Douchy, pour enfin ramener le pistolet chez toi à Genève ‘en souvenir de papa'”. Difficile de savoir qui dit vrai dans cette querelle familiale qui s’éternise. Mais ces révélations auraient-elles un lien avec la perquisition qui a eu lieu au domicile de l’acteur ?

La réponse est non. Comme le révèle le procureur de la République de Montargis dans son communiqué, c’est un signalement du juge des tutelles, faisant état de la possession d’une arme à feu par Alain Delon, qui a motivé la perquisition. Cette constatation a été faite à l’occasion d’un “déplacement du mandataire saisi de la mesure de protection judiciaire”. De son côté, Le Parisien ajoute que cette saisie pourrait aussi avoir été motivée par l’état de santé d’Alain Delon. Placé sous sauvegarde de justice depuis le 29 janvier dernier, ce dernier susciterait la préoccupation des médecins. Nos confrères révèlent le rapport d’un médecin généraliste qui l’avait ausculté l’été dernier et qui aurait noté que le moral de l’acteur “était faible” et qu’il était dans “un état d’épuisement physique et psychique avec un risque suicidaire majeur”. Saisir ses armes, possédées illégalement, semblait donc être une nécessité.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *