“J’ai 30 ans et suis en phase terminale d’un cancer rare : voici ce que tout le monde devrait apprendre avant de mourir”

C’est un témoignage fort et inspirant que livre cette jeune femme de 30 ans atteinte d’un cancer incurable. Des leçons de vie qu’elle partage avec tout le monde.

Comment réagir quand on vous annonce que vous n’avez plus deux ans à vivre ? Cette Anglaise de 30 ans partage ses leçons de vie apprises avec ce terrible diagnostic, à l’image de cette jeune veuve de 29 ans expliquant son parcours de deuil. Le cancer frappe malheureusement toutes les générations. Si la jeune influenceuse Caroline Receveur est sur le chemin de la guérison (et s’affiche radieuse à son premier shooting depuis sa maladie), l’actrice de Charmed et Beverly Hills Shannen Doherty donne des nouvelles inquiétantes de son pronostic.

Mais Megan McClay, en phase terminale, a choisi de faire part de son expérience et ses mots sont on ne peut plus inspirants. Cette habitante de Wymondham dans le Norfolk souffre d’un mélanome oculaire, un cancer de l’œil qui se forme dans les cellules qui produisent des pigments et qui touche seulement cinq adultes sur un million environ.

Les mots inspirants d’une jeune malade en phase terminale

Après sa propagation au foie, le verdict est tombé : cela lui sera un jour ou l’autre fatal. Présente à l’exposition Qu’est-ce qui importe le plus ? à Cardiff, elle donne sa vision de personne condamnée : “Je veux rappeler aux gens de s’arrêter et de faire une pause, de poser le téléphone et de prendre du temps avec les gens autour de vous”, peut-on lire dans le Daily Mail. À toujours vouloir une maison plus grande, une voiture plus grosse, on oublie ce qu’on a réellement en face de soi, d’après elle.

Megan McClay a beau garder en tête son pronostic de deux ans à vivre, elle n’a pas envie de faire une bucket list (une liste de choses à faire) et préfère faire ce qu’elle veut de son temps : “Ce qui compte le plus pour moi face à la mort, c’est de passer le temps dont vous disposez comme vous le souhaitez et non comme vous pensez que vous devriez le faire”. Si cela consiste à rester à la maison avec son chat et sa fille, alors c’est ce qu’il faut faire. Si au contraire vous aimeriez voyager dans tous les pays du monde, faites-le, mais sans être exigeant avec vous-même. “Ne vous mettez pas de pression ou d’attentes simplement parce que vous êtes en train de mourir. Tu es toujours toi. Vous êtes toujours la personne que vous étiez avant”, rappelle-t-elle.

Malgré tout, Megan reste optimiste : “Le plus grand point positif, c’est que je suis en vie, ce que beaucoup de gens ne peuvent pas dire”. Elle pense aussi aux autres malades : “Je vois aussi de plus en plus de gens défier toute attente, des gens qui vivent quatre, cinq, six ans après le diagnostic, et les traitements progressent”. Elle participe à de nombreuses collectes de fonds pour recevoir un nouveau traitement. Une jeune femme bluffante.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *