Michel Fugain : “J’ai travaillé pour mon époux”, son ex-compagne Stéphanie se plaint de sa retraite “ridicule”

L’artiste, ancienne compagne de Michel Fugain pendant trois décennies, s’est exprimée sur son parcours professionnel et la faible pension de retraite qu’elle touche actuellement.

Stéphanie Fugain, ancienne membre emblématique du Big Bazar, a connu un parcours remarquable aux côtés de Michel Fugain. Leur rencontre professionnelle s’est rapidement muée en une relation amoureuse profonde, couronnée par un mariage et la naissance de trois enfants : Marie (1973), Laurette (1979-2002) et Alexis (1993). Artiste polyvalente, Stéphanie a brillé en tant que danseuse et comédienne. Toutefois, aujourd’hui, elle révèle que sa carrière, jadis florissante, lui offre une retraite modeste. Cet aveu a été fait lors de son passage dans l’émission “Chez Jordan”, animée par Jordan De Luxe.

Stéphanie Fugain s’est confiée sans retenue, exprimant que sa pension de retraite est inexistante. Comment une telle situation est-elle survenue, surtout après avoir intégré le Big Bazar dès 1972 ? Elle explique avoir été une travailleuse bénévole acharnée, jonglant entre les rôles de mère au foyer et d’artiste de scène. Sa contribution non déclarée pendant des années a, hélas, conduit à une retraite qu’elle qualifie elle-même de “ridicule”. Interrogée sur les défis financiers, elle reconnaît les difficultés mais reste optimiste, mentionnant son engagement dans des conférences pour compléter ses revenus, oscillant entre 300 et 400 euros mensuels.

Réinvention et résilience

Dans cette deuxième partie de sa vie, Stéphanie Fugain démontre une admirable capacité à se réinventer. Face à une pension dérisoire, elle n’a pas choisi de se laisser submerger par les difficultés. Au contraire, elle s’est lancée dans l’organisation de conférences, un domaine où elle partage son expérience et sa vision de l’art. Cette initiative témoigne de sa résilience et de sa volonté de rester active et engagée malgré les aléas de sa carrière artistique.

Sa situation soulève également des questions plus larges sur la reconnaissance et la sécurisation des artistes. Le cas de Stéphanie Fugain illustre la précarité à laquelle peuvent être confrontés même les artistes les plus dévoués une fois arrivés à l’âge de la retraite. C’est un appel à une réflexion plus profonde sur la façon dont la société valorise et soutient ses artistes tout au long de leur carrière et au-delà.

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *